Lu dans Logo NR

 

Mia Electric restera entre des mains allemandes

11/06/2013 05:46
Kirsten Roennau, présidente de Mia Electric, et Ségolène Royal, présidente de la Région, hier après-midi à Cerizay, à la sortie du comité d'entreprise. Kirsten Roennau, présidente de Mia Electric, et Ségolène Royal, présidente de la Région, hier après-midi à Cerizay, à la sortie du comité d'entreprise. - (Photo NR)

D’après Ségolène Royal, le futur propriétaire de Mia Electric restera allemand. Hier, le transfert de propriété a été accepté par le comité d’entreprise.

Hier, les 210 salariés de Mia Electric qui souhaitaient connaître le nom de leur nouveau patron en ont été pour leurs frais. Dans l'après-midi, le comité d'entreprise a certes donné son accord à ce qui était déjà quasiment ficelé (information révélée dans la NR de vendredi) : la cession des parts détenues par l'actuel propriétaire Edwin Kohl – soit environ 90 % d'un capital total estimé à 60 millions d'euros – vers un nouvel acquéreur. Mais « nous ne pouvons pas dévoiler son identité tant que ce n'est pas fait officiellement », a expliqué la présidente de Mia Electric Kirsten Roennau à l'issue du CE d'hier. « Nous communiquerons après cette signature. » Celle-ci devrait se faire lors de la prochaine assemblée générale des actionnaires prévue dans les prochains jours.

" Le repreneur s'engage à garder tous les salariés "

Ségolène Royal s'est tenue au même mutisme « car nous sommes tenus par le secret commercial »… ou presque puisqu'elle a toutefois lâché que le nouvel acquéreur de Mia Electric « était une société allemande ». Et la présidente d'ajouter que sa Région « a renoncé à vendre ses parts et restera dans le capital de Mia Electric (1) ». Pourquoi ? « Parce que les perspectives sont positives. Le repreneur s'est engagé à garder tous les salariés et à développer de nouvelles stratégies de fabrication, en baissant le coût des matières premières, et de commercialisation avec de nouveaux marchés qu'il a déjà. »
Les ventes de la Mia demeurent dramatiquement basses : seulement 13 immatriculations ont été enregistrées en mai (NR d'hier), contre 483 pour la Renault Zoé et 124 pour la Nissan Leaf. Ségolène Royal avait même lâché ce week-end que l'entreprise avait frôlé le dépôt de bilan pur et simple la semaine dernière.

nr.bressuire@nrco.fr

Retour à l'accueil